• Les 9e rencontres du GRAINE (éducation à l'environnement)

    A St Antoine l’Abbaye, se déroulent les 9e rencontres du GRAINE Rhône-Alpes pour l’éducation à l’environnement vers un développement durable…

    « FAISONS ENSEMBLE CA RECHAUFFE ! » sur les changements climatiques et les actions citoyennes.

     A l’Arche de St Antoine, se tiennent ces rencontres-formations destinées à tous les intervenants régionaux autour des problèmes dus au changement climatique en marche depuis des années et de plus en plus visible aujourd’hui.Les 9e rencontres du GRAINE (éducation à l'environnement) ont lieu à Saint-Antoine l'Abbaye

    Les gouvernements ne savent pas comment réagir. De plus en plus de citoyens, de groupements de personnes, d’associations tentent de trouver des solutions au niveau local.

    Mais comment convaincre les élus et tous les citoyens qui n’ont pas encore conscience qu’ils peuvent agir individuellement et en groupe, et changer la donne ?

    Il est maintenant reconnu que le climat se réchauffe. Trois degrés de plus peuvent avoir des conséquences désastreuses et changer les paysages et la vie sur terre…

    Sans tomber dans le catastrophisme, les stagiaires du GRAINE tentent de trouver des solutions pour accompagner les autres (et eux-mêmes) dans le changement obligatoire qui doit s’amorcer rapidement.

    Changer nos comportements, faire prendre conscience aux autres, trouver des solutions nouvelles, ce sera les grandes questions de ces trois jours de formation.

    Les 9e rencontres du GRAINE (éducation à l'environnement) ont lieu à Saint-Antoine l'Abbaye Elise Ladévèze, responsable GRAINE

    Après l’introduction des différents élus et responsables, une table ronde était organisée : un universitaire, intervenant à l’IEP de Grenoble spécialiste du climat, Stéphane Labranche ; un animateur de l’association« Robin des Villes » à Lyon, Fabian Bressan et une formatrice-consultante à l’accompagnement au changement, Lara Mang-Joubert ont exposé leur façon de travailler avec des publics différents.
    Chacun partageant ses découvertes et sa façon d’accompagner le changement. Nous avons suivi avec intérêt l’évolution de l’état d’esprit des étudiants qui hésitent entre imposer les changements écologiques de façon totalitaire ou, pour certains, faire confiance à l’esprit de « Gaïa », la terre-mère, dans une vision plus animiste…Fabien a parlé d’aller chercher les 98% de sans voix, comment aller les chercher (quartiers, rues, fête des Lumières, biennale d’Art,…) et comment solliciter leur créativité.

    Les méthodes pédagogiques de Lara sur l’accompagnement au changement (et non « la conduite » du changement comme l’appelle certains coaches) ont vivement intéressé les nombreux animateurs et enseignants parmi le public. Ses explications sur les résistances et les freins que chacun pose face à la nécessité de changer son point de vue et son comportement ont été très éclairantes sur les mécanismes humains.

    J’ai noté pour ma part la réalité de cette constatation : nous sommes aujourd’hui de plus en plus confrontés à des injonctions paradoxales (je veux et je ne veux pas) qui créent une tension interne, coûteuse en énergie et malsaine. Ce qui entraîne une perte de sens et des mécanismes de défense. On devient hyper-résistant, on met en place des stratégies comme l’évitement, la fuite, on rejette la faute sur les autres (bouc émissaire : les chinois, les élus,…), on demande des informations, on repousse à plus tard…

    J’ai noté également que l’écologie se tournait vers les sciences humaines, car les avis des experts, s’ils sont indispensables, sont toutefois insuffisants pour faire changer les comportements humains…

    Par ailleurs, avoir une attitude dictée par la non-violence (exprimer ses besoins profonds et être à l’écoute des besoins de l’autre, se respecter, dialoguer…apparaissent comme des méthodes plus efficaces que la lutte, le combat, « s’armer pour »…qui sont révélateurs de nos peurs.

    L’après midi les ateliers d’immersion ont proposé des visites ( ferme solaire, les SELs et monnaies locales, TEPOS, Chambarans,...).

    Le Réseau du SEL de St Antoine a été présenté conjointement au SEL du Sud-Grésivaudan et à la Mesure de Romans à une douzaine de personnes venus de toute la France. Ce qui a suscité de nombreuses questions sur la mise en place et le fonctionnement des SELs , et plus avant, sur la notion de "décroissance", de la part du public.

     Les rencontres-formations continuent jusqu'à vendredi (du 10 au 12 décembre).Les 9e rencontres du GRAINE (éducation à l'environnement) ont lieu à Saint-Antoine l'Abbaye

    F Daudeville

     

     

     

     

     

                      Marie Chantal Jolland, maire  de St-Antoine a souhaité bienvenue aux stagiaires de ces journées


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter